« Pour une politique culturelle du spectateur ». (6/11 )

Une politique des transports pour aller et revenir du spectacle !

L’enjeu du renouvellement des publics passera par une mobilisation sans précédent et une invention complète des modes de transport pour aller ou revenir du spectacle. Il ne faut plus de nouveaux lieux, il faut en revanche des moyens de transports adaptés et sécuritaires, pour aller dans les lieux existants et notamment parce que le spectacle est essentiellement le soir ! Tout doit être exploré. Les plates formes de covoiturage doivent être systématisées dans les équipements publics, avec accès à des tarifs réduits pour les covoitureurs ! Stratégie avec des sociétés de taxis ou de véhicules de tourisme avec chauffeur, pour proposer des retours individuels, avec des tarifs au forfait. Les navettes, qui existent pour des théâtres de la périphérie, ou pour des théâtres avec de fortes zones rurales alentours, doivent être maintenues et développées, avec des modules adaptés. Il faut que des subventions fléchées à cette finalité soient affirmées, pour ne pas atteindre la marge artistique. Les conventions d’objectifs permettent de ré afficher des ambitions et de mobiliser les collectivités, notamment celles qui ne sont pas toujours dans les tours de table, sur des objectifs de ce type.

 

Il faut aussi penser à sécuriser les transports publics. La situation est évidemment à analyser différemment selon que les théâtres, salles de spectacles, festivals, se trouvent en centre ville historique, en périphérie ou en zones rurales, à proximité de réseaux de transports ou non. La politique de la ville, absente du droit commun des théâtres de banlieue, doit s’intéresser aux enjeux de transport et dégager des moyens en faveur de la mobilité des publics vers ces théâtres. Dans ces cas de figure, des contrats de sécurité devraient aussi être passés avec la préfecture pour mobiliser les forces de police afin d’assurer une présence rassurante et garantir une tranquillité de trajet pour le spectateur, ce qui n’est jamais le cas ! Il n’y a aucune mesure de prévention aujourd’hui effective pour assurer la tranquillité des spectateurs à la venue et au retour des spectacles par les réseaux de transport public. Cela manque cruellement et décourage assurément un public inquiet par des environnements urbains parfois peu accueillants.

 

Il est curieux que ce sujet n’ait jamais fait l’objet d’une réflexion globale, alors même qu’il s’agit d’une réalité vécue par tous les spectateurs. Un public non négligeable s’interdit la sortie en raison de difficultés pratiques, d’un sentiment d’insécurité ressenti ou réel, d’un inconfort dans les transports… Il faut s’occuper du spectateur avant, pendant, et après le spectacle. Telle est la vérité. De nombreuses initiatives locales existent, souvent à la marge ; les directeurs des lieux sont conscients de cet aspect mais se trouvent peu soutenus pour avancer des initiatives parfois coûteuses. Une concertation professionnelle, des discussions partenariales avec les villes, départements et régions, devraient permettre d’imaginer des propositions concrètes en vue d’améliorer un aspect important des politiques culturelles susceptibles de favoriser la pratique du spectateur et la sortie culturelle.

 


TÉLÉCHARGEZ L’ARTICLE EN INTÉGRALITÉ

pdf

 

 

 

 

 

 

 


 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>