L’éducation artistique et culturelle : un enjeu de civilisation

Je suis allé au théâtre en plein après-midi, avec ma mère, pour revoir « Ionesco suite » au théâtre des Abbesses, mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota. Les représentations de l’après-midi rassemblent un public très différent du public du soir. Une séance à 15 heures s’adresse d’abord à un public de personnes âgées et un public scolaire.

Ma mère s’est émerveillée devant la présence de ces jeunes gens de 13 – 14 ans, me disant : « Ils en ont bien de la chance, d’aller au théâtre avec l’école. Je n’ai pas connu ça ». L’enthousiasme de ces jeunes spectateurs à la fin du spectacle ne trompe pas et leur joie est communicative, incontestablement.

S’agissait-il d’une simple sortie scolaire, ou d’une démarche plus construite dans le cadre d’un parcours artistique, je ne le sais pas. Mais il ne fait pas de doute que la mise en contact des enfants avec la chose artistique reste une expérience des plus enrichissantes pour l’observateur que je suis, et qui, avec le temps, en a même fait un engagement sérieux au service des politiques culturelles. Mais que n’a-t-on profité de cette présence simultanée de jeunes gens et de personnes âgées pour organiser un échange commun à l’issue de la représentation ? Que n’a-t-on profité de cet instant intergénérationnel pour engager un dialogue à trois voix, entre ce public composé de deux groupes distincts et des acteurs du plateau ? Je n’y avais jamais pensé mais j’aurais aimé que cela eût lieu.

L’éducation artistique et culturelle dans le cadre scolaire offre des opportunités extraordinaires de favoriser des rencontres improbables entre des artistes issus de toutes les disciplines et des enfants, pour qu’ils découvrent une lecture du monde différente de celle qui les côtoie quotidiennement. Les villes, les départements se sont engagés dans des actions coordonnées pour développer des projets artistiques. Ma petite expérience m’a confirmé dans une intuition initiale qui s’est transformé en conviction radicale. La réussite scolaire d’une part – ce qui n’est pas rien ! – et l’égalité entre les enfants d’autre part – ce qui n’est pas accessoire non plus – , nécessitent une action durable d’éducation artistique. Celle-ci, pour être pertinente doit d’abord être exigeante en s’appuyant sur des artistes réellement impliqués dans la création et également passionnés par la transmission  ; elle passe aussi par une durée nécessaire pendant le temps scolaire pour permettre la rencontre effective, elle impose enfin des étapes dans un processus qui souvent passent de la pratique à la rencontre avec l’œuvre, sans négliger le dialogue avec les enfants. La formation du spectateur exige beaucoup de parole et une capacité à susciter les émotions des jeunes en mobilisant un regard qui analyse d’abord avant de juger.

Le projet du Gouvernement, peu doté en moyen, fixe cependant un cap : coordonner les projets de chacune des institutions pour faire en sorte que les actions éparpillées s’organisent mieux et que, in fine, les enfants, tout au long de leur scolarité, jusqu’à l’université ( qu’il ne faut surtout pas oublier) « aient la chance d’aller au théâtre », au musée, au concert. Cette accumulation de rencontres devrait produire un petit changement. Cela n’a encore jamais été entrepris avec cette ambition. Il faudra tenir le cap, ne pas changer les règles, maintenir avec constance les ambitions, ne jamais vouloir faire du chiffre, mais au contraire afficher l’impératif de qualité, il faudra impliquer tous les acteurs culturels – déjà très mobilisés – et avancer. Avancer encore. Avancer toujours. Peut-être ainsi… connaîtrons-nous enfin une démocratie culturelle qui fait que le plus grand nombre aura un rapport aux œuvres d’art moins anecdotiques et trouvera une source d’enrichissement à la fois personnel et sociétal. Une société qui comprend les artistes et qui les place au cœur de l’éducation ne peut être qu’une société civilisée.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>