José Artur

José Artur est mort et je me sens profondément atteint par sa disparition. Il est l’homme de culture  qui m’a emmené vers les chemins que je pratique aujourd’hui, ceux des spectacles innovants, inventifs, dérangeants. Je l’ai écouté toute mon adolescence et ma vie de jeune homme arrivé à Paris, sur mon petit radioréveil. J’écoutais sa voix reconnaissable entre toutes, et je me nourrissais quotidiennement de ces dialogues, de ces rencontres que la radio de service public permet. Le « Pop club », puis « c’est pas dramatique » m’auront ainsi guidé avec beaucoup de douceur, d’ironie, et de curiosité.

Se souvient-on, en ces temps troublés, que chaque mardi soir, veille de parution des hebdomadaires satyriques, José Artur racontait les dessins de tous ceux qui ont été assassinés il y a quelques jours ? Il les commentait en riant, la radio donnait ainsi une puissance aux dessins sans qu’on pût les voir. Admirable homme de radio. Grand homme de culture. Respects et salutations.

Comments

comments